Le Signal – Maxime Chattam

Titre : Le Signal
Auteur : Maxime Chattam
Note : 5/5


https://www.amazon.fr/Signal-Maxime-Chattam/dp/2226319484

« La famille Spencer vient de s’installer à Mahingan Falls.
Un havre de paix.
Du moins c’est ce qu’ils pensaient….
Meurtres sordides, conversations téléphoniques brouillées par des hurlements inhumains et puis ces vieilles rumeurs de sorcellerie et ce quelque chose d’effrayant dans la forêt qui pourchasse leurs adolescents…
Comment le shérif dépassé va-t-il gérer cette situation inédite?
Ils ne le savent pas encore mais ça n’est que le début…

Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ? »

Enfin une quatrième de couverture qui tient toutes ses promesses… Moi qui avait jusqu’à présent délaissé les livres de Maxime Chattam après plusieurs déceptions (notamment La Patience du diable et Que ta Volonté soit faite), je n’ai pas été déçue de lui avoir donné une seconde chance.

Le meilleur Chattam.

Ici, on fait fi des codes du polar traditionnel en y incorporant des légendes de fantômes et de sorcières… et c’est plutôt réussi! En bref, l’intrigue se déroule aux Etats-Unis dans la petite ville de Mahingan Falls dans laquelle s’installe une petite famille en mal de tranquillité. Malheureusement, celle-ci sera de courte durée et ils devront faire face à des événements surnaturels quelques temps après leur arrivée.

Oui, ce résumé est court et n’en dit pas plus que la quatrième de couverture mais c’est le genre d’histoire dans laquelle il faut se lancer sans trop en connaître dès le départ. Le livre, bien qu’il fasse 700 pages, se lit très vite: les chapitres sont courts et se terminent sur un cliffhanger. Dès le début, j’ai adoré essayer de reconstituer les pièces du puzzle mais c’est sans compter les pistes qui se brouillent entre rationnel et surnaturel. Ce que j’aime le plus dans les romans de Chattam, c’est la précision avec laquelle il mène son intrigue tout en brouillant les pistes et en nous menant vers une fin toujours surprenante.

L’auteur semble s’être inspiré des romans de Stephen King, tant les références à ses livres sont disséminées un peu partout : Simettiere, Sac D’Os, Ça, Bazaar, Salem… sans parler de l’évocation de Derry au mileu du roman… (il n’y a que moi qui l’ai remarquée? 😉 ) L’histoire m’a également beaucoup rappelé la série Stranger Things.

Ici cependant, Chattam arrive à « faire voir sans montrer », vous ne trouverez donc pas de longues pages de descriptions, typiques des romans de King. (Attention, je ne dénigre pas Stephen King, mais pointe du doigt le fait que ce sont deux styles différents). Seul bémol que je vois dans ce livre: les personnages d’Olivia et Tom, qui nous sont présentés dès les premières pages. Un peu trop le cliché de M. et Mme Parfait à mon goût, ils m’ont rappelé les personnages des parents dans Simetierre; un peu trop superficiels; ils manquent cruellement de réalisme !

Prochain update lecture: Le Chant du Rossignol, Kristin Hannah.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s